mulitsport

À combien s’élève le prix de construction d’un terrain multisport ?

On les trouve dans les écoles et les universités, les clubs, les centres de loisirs et les espaces publics : des surfaces en tartan rouge brique avec des marquages ​​colorés, deux buts, un panier de basket et une haute clôture avec grillage, des terrains multisports. Leurs surfaces en tartan absorbant les chocs ont de très bonnes propriétés de rebond de balle, protègent les athlètes des blessures, sont antidérapantes et les variantes perméables à l’eau sèchent rapidement après une averse. Selon leur taille et leur équipement, les terrains multisports peuvent être utilisés pour de nombreuses disciplines comme le football, le tennis, le volley-ball, le hockey, le handball et le basket-ball, ainsi que pour des cours de saut en hauteur et en longueur ou de gymnastique. Dans cet article, on abordera le coût général de la construction d’un terrain multisport, mais aussi certaines étapes indispensables à considérer pour réussir le projet.

Coût et investissement généraux

Une partie du projet consistera bien évidemment à comprendre et à chiffrer les coûts globaux de la construction d’un terrain multisport.

Ci-dessous, on donnera une vision générale des estimations des coûts de construction pour plusieurs types d’infrastructures.

Pour les terrains intérieurs

– Surface de pratique : 150 à 250 € par mètre carré

– Espace de loisirs additionnel : 200 à 300 € par mètre carré

Pour les terrains extérieurs

– Terrain d’entraînement/de loisirs : 400 à 500 € le mètre carré

– Terrain de compétition : 400 à 800 € le mètre carré

– Terrain aux normes olympiques : 500 à 1 200 € le mètre carré

Millet Culinor a accompagné de nombreux promoteurs, écoles, collectivités, particuliers et autres professionnels dans le 65 pour l’installation et l’aménagement de leurs équipements sportifs sur des terrains multisports.

Les critères à prendre en compte avant de se lancer

Voici donc les critères les plus importants à considérer pour la construction d’un terrain sportif multifonctionnel.

Songez à l’utilisation que vous en ferez

Pour quels sports est destiné le terrain multisport ? Qui va l’utiliser ? Le terrain sera-t-il ouvert au public, afin de réfléchir à des mesures anti-vandalisme ? À quelle fréquence sera-t-il entretenu et par qui ? Toutes ces questions et d’autres encore doivent être convenues à l’avance afin que vous puissiez choisir le meilleur revêtement de sol et le bon équipement. En effet, tous les types de sols synthétiques ne conviennent pas à tous les types de sports et à toutes les intensités d’utilisation. Des experts comme Millet Culinor peuvent vous aider à répondre à ces questions, ainsi qu’à respecter les réglementations en vigueur et à calculer les coûts de construction du terrain de sport.

Pensez aux normes concernant les dimensions et les marquages standards

Il existe trois tailles standards pour les terrains multisports qui peuvent être étendus pour inclure des sites de saut en hauteur et en longueur.

  • Le terrain de jeu de 20 x 28 m est la plus petite version, adaptée à deux terrains de volley (18 x 9 m chacun, marquage bleu) ou un terrain de basket (26 x 14 m, marquage jaune).
  • Avec une superficie moyenne de 26 x 44 m, vous pouvez aménager trois terrains de volley (18 x 9 m chacun, balisage bleu), deux terrains de basket (28 x 14 m chacun, balisage jaune) ou un grand terrain de handball (40 x 20 m, marques orange) dans cette taille de terrain tout temps.
  • 28 x 44 m est la taille d’un grand terrain tout temps sur lequel peuvent être joués tennis, handball, basket-ball et volley-ball (23,77 x 10,97 m, marquage blanc) ou avec lequel un grand terrain polyvalent de 40 x 26 est disponible.

En ce qui concerne les dimensions des terrains de basket, il convient de noter qu’il s’agit de la taille d’un terrain d’école, dans les ligues professionnelles, la taille est de 28 x 15 m. De plus, le stand de basket doit avoir une hauteur de 2,25 m.

décoration Home Staging épuré

3 minutes pour comprendre le Home Staging

Le Home Staging, c’est la manière de renouveler la décoration, le charme des pièces de votre maison à moindre coût. Les vieux meubles sont restaurés ou customisés pour leur donner une seconde vie ou une nouvelle fonction. Le Home Staging est aussi une pratique très utile pour la vente d’un bien immobilier. Si vous voulez en découvrir davantage sur cette tendance qu’est le Home staging, lisez cet article.

Le Home Staging : un concept transcendant les frontières

A l’origine, cette technique de décoration a vu le jour aux États-Unis. Puis, peu à peu, elle a séduit l’Europe et s’est étendue à travers le monde. Qui ne connaît pas cet art maintenant, même les écoles de décoration intérieure ne jurent que par cette méthode révolutionnaire.

En effet, le Home Staging, c’est l’art de mettre en valeur un bien immobilier en disposant les meubles de façon à attirer le regard. Si vous ne savez pas par où commencer, faites appel au service d’une agence immobilière comme VALU IMMO, Bordeaux Caudéran Saint Augustin qui est entre autre spécialisée dans les services de Home Staging.

Désencombrez et réaménagez les pièces

La règle d’or du Home Staging est de nettoyer visuellement les parties de votre maison que vous souhaitez rafraîchir. Pour ce faire :

  • Faire le tri dans vos affaires en faisant un grand rangement ;
  • Garder les objets de valeurs pouvant servir et donner le reste (aux associations) ;
  • Se débarrasser des meubles encombrants pour faciliter la circulation dans votre intérieur (décharge public ou donation) ;
  • Organiser votre espace en déplaçant d’une manière stratégique le mobilier restant.

Revalorisez les différents espaces

Vous devez repenser la configuration de vos pièces. Pour cela, il faut :

  • Se renseigner sur les nouvelles tendances du moment en matière d’aménagement intérieur, attribution réglementaire (mètre carré des chambres ou pièces de vie) ;
  • Redonner une fonction à chacune des pièces ;
  • Délimiter chaque compartiment (cuisine, salon, salle à manger) ;
  • Ajouter un élément à la mode (objet de déco).

Réparez ou gommez les imperfections

Vous devez soigner votre décoration, car les petits défauts peuvent faire tache dans votre nouvelle vision d’ensemble. Il faut donc :

  • Reboucher les éventuels trous, fissures dans les murs ;
  • Changer les ampoules, poignets défectueux ;
  • Appliquer une nouvel couleur sur les murs (de préférence neutre) ;
  • Astiquer la salle d’eau, les miroirs, les joints, etc.

Harmonisez la décoration

Le Home Staging implique comme tout principe de décoration d’intérieur une harmonisation dans le choix du thème, de l’ambiance choisis et des coloris. Il faut garder une certaine cohérence afin de ne pas tomber dans l’excès et dans la démesure.

NB : un conseil valable aussi pour la mise en scène des pièces lors de la vente.

Uniformisez les sols

Cela peut paraître dérisoire, mais le sol de votre demeure joue un rôle important dans l’harmonie de votre déco. Optez donc pour un revêtement véhiculant un effet de grandeur.

Par exemple :

  • Un carrelage : cette matière agrandie l’espace au sol ;
  • Un parquet : cet élément donne une vision de continuité.

Soignez l’entrée de votre maison

La première chose que les gens vont voir en premier, c’est l’extérieur de votre maison, l’entrée de votre demeure. Vous devez donc commencer par embellir le pas de votre porte, ne négligez aucun détail :

  • Fils électriques apparents ;
  • Ampoules défectueuses ;
  • Saletés, tâches, moisissures, etc.

L’entrée reflète votre personnalité et donne un aperçu de la suite de la décoration.

Recyclez vos affaires

Le meilleur conseil Home Staging c’est qu’il ne faut rien gaspiller, ni rien jeter. Sauf si c’est dans un état de délabrement total. Vous devez donner une seconde jeunesse à vos mobiliers. Il existe différentes astuces sur le net pour vous faire une idée de changement de style décoratif.

Réaménagez le balcon

Si vous possédez un balcon, ne l’utilisez pas pour servir de débarras. Au contraire, transformer cet endroit en un atout visuel : mettre des mobiliers de jardin, plantes, décorations lumineuses, etc.

Tout ce que vous devez savoir sur l’assurance Multirisque Habitation

Le contrat d’assurance multirisque habitation ou MRH est un contrat qui permet d’assurer et de protéger le patrimoine familial, dont l’habitation et le mobilier, lorsque le propriétaire ou le locataire est responsable ou victime d’un sinistre naturel ou causé par/à des tiers. Il constitue une offre d’assurance optimale pour votre habitation. Il s’adresse aux entités assurées voulant profiter de plusieurs garanties afin de protéger convenablement leur foyer et celui de leurs proches. Quels sont les points importants à savoir sur ce type d’assurance ?

Que veut dire « assurance Multirisque Habitation » ?

L’assurance multirisque habitation ou MRH est une assurance habitation qui a pour but de faire face aux charges liées à un sinistre affectant votre maison et son contenu. Ce type d’assurance est facultatif pour les propriétaires, mais si vous êtes en situation de copropriété, elle devient une obligation. Les locataires doivent également se soumettre à un contrat d’assurance multirisque habitation quand ils entrent dans un logement. En effet, la loi impose aux locataires de souscrire un contrat d’assurance couvrant les risques locatifs au minimum, car il est possible qu’un incendie ou une explosion endommage totalement l’habitation. Cependant, il est à noter que cette assurance minimum légale n’implique pas la protection de ses biens personnels et sa responsabilité civile en cas de dommages corporels ou matériel causés à un tiers. De ce fait, le contrat MRH couvre les risques auxquels votre logement est exposé ainsi que les personnes qui y vivent.

Quels sont les types de garanties ?

Il existe deux types de garanties qui doivent être pris en compte. Le premier implique les garanties couvrant les dommages aux biens contre l’incendie, le vol, le vandalisme, les dégâts causés par des eaux, ainsi que d’autres causes. Le second concerne la garantie de responsabilité civile qui permet de couvrir une partie des dommages que l’assuré cause à son entourage ou à des tiers. En général, cette garantie est importante pour les personnes habitant dans votre maison dans le cadre des actes de vie privée.

En outre, le contrat comporte certaines garanties obligatoires comme les garanties tempêtes et catastrophes naturelles. Il peut aussi comprendre d’autres garanties non-obligatoires comme les garanties d’assistance par exemple. Ce type de garantie est optionnel, mais il s’avère parfois nécessaire.

Quels sont les points à vérifier avant de signer un contrat d’assurance MRH ?

Le contenu du contrat d’assurance dépend du titre du souscripteur, c’est-à-dire que le contenu est différent si vous êtes propriétaire, locataire ou copropriétaire. Le bâtiment joue également un rôle important dans la définition du contrat, car les mentions dans le contrat dépendent du patrimoine immobilier à assurer : une maison individuelle ou un appartement.

Sachez également que si vous souscrivez des garanties au-delà des obligations, les contrats d’assurance multirisque habitation peuvent être très différents et la facture peut grimper rapidement. De ce fait, prenez du recul et identifiez vos principales exigences et vos besoins, et comparez les offres que les prestataires proposent.

En général, les assureurs prévoient également un plafond de garantie, c’est-à-dire qu’il y a un montant maximal que l’assureur pourra indemniser pour les types de dommages et une franchise, une somme d’argent qui est à la charge de l’assuré en cas indemnisation par l’assureur. Ces conditions sont stipulées dans le contrat. Ainsi, vérifiez que ces points sont bien dans le contrat d’assurance.

Cependant, s’il y a une négligence de la part de l’assuré en cas de sinistre (vous avez laissé la fenêtre ou la porte ouverte par exemple.), il est possible que l’indemnisation soit diminuée, voire même, annulée par l’assureur.

porte de garage

Principaux facteurs à considérer avant l’achat d’une porte de garage

Vous jugez qu’il est temps d’acheter une nouvelle porte de garage pour diverses raisons Dans tous les cas, le choix d’une nouvelle porte de garage peut sembler décourageant au début. C’est assez compréhensible, car il s’agit d’un gros investissement et d’une partie très importante de votre maison. C’est pour cette raison que nous avons établi les principaux critères à prendre en compte lors de l’achat d’une porte de garage.

Lire la suite

Guide pratique pour choisir le bon serrurier ?

Dans la vie, nous vérifions toujours la sûreté et la sécurité de chaque objet avant de nous en servir. Il en va de même lorsque vous cherchez à faire appel aux services d’une agence pour des travaux de serrurerie sur votre propriété. Lorsqu’il s’agit d’engager des serruriers, gardez donc à l’esprit que rien n’est plus vital que l’enquête nécessaire lorsque vous cherchez à travailler avec le meilleur professionnel à Grenoble. Lorsque vous cherchez à embaucher correctement un serrurier, il y a plusieurs considérations critiques à prendre en compte. En voici une liste complète.

Lire la suite
La loi Pinel : application aux anciens bâtiments

La loi Pinel : application aux anciens bâtiments

Vous ne disposez pas d’un bien immobilier neuf, mais vous êtes sidéré par la défiscalisation fiscale de la loi Pinel. Aucun souci à vous faire, cette loi exerce aussi une réduction d’impôts pour les anciens logements. Découvrez ici comment elle s’applique et les conditions nécessaires pour en bénéficier.

De quelle façon faut-il investir en Pinel ancien

Cette méthode de défiscalisation n’est pas connue de tous. Elle s’adresse aux logements qui ont déjà été occupés au moins une fois. Encore appelée programme Pinel ancien réhabilité, elle donne la possibilité aux investisseurs de profiter du même avantage fiscal qu’un propriétaire de résidence neuve et du déficit foncier.

Faire un investissement dans le Pinel ancien n’est pas une chose difficile. En effet, en raison de la longueur et du cout de la procédure, les investisseurs ont tendance à fuir cette méthode. Pour investir, vous devez :

  • rentrer en possession d’un bâtiment jugé inhabitable ;
  • avoir contact avec un professionnel autonome bien avant les travaux de réhabilitation ;
  • démarrer les travaux de rénovation en conservant toutes les factures payées tout en sachant que vous avez 30 mois de justesse pour finir ;
  • Effectuer une évaluation du bien immobilier au terme des travaux par un expert en la matière afin d’attester que la réhabilitation de la résidence est conforme aux critères préétablis par la loi en ce qui concerne les performances de décence et techniques ;
  • Mettre le bien en location en suivant les conditions d’un bien immobilier neuf Pinel.

De quel type de bien immobilier ancien s’agit-il ?      

Pour bénéficier de la défiscalisation fiscale Pinel ancien, vous devez disposer entre deux types de bien immobilier. Il s’agit d’une résidence en état de dégradation comme celui du dispositif Denormandie ou d’un local industriel ou commercial qui sera changé en logement habitable.

En effet, on considère qu’une résidence est en état de délabrement lorsqu’elle n’est pas conforme aux critères d’un logement décent définis par la loi. Le logement ne doit pas être habité. Pour confirmer le caractère d’une maison habitable ou non, le gouvernement a établi 15 critères dans l’article 6 de la loi n° 89-462 du 6 juillet 1989.

Les conditions favorisant l’obtention d’une défiscalisation Pinel ancien

Pour profiter de la Pinel lorsque vous avez un logement ancien vous devez faire comme prévu des travaux pour modifier la résidence avec l’aide d’un expert en la matière. Pour ce fait, vous êtes censé remplir certains critères particuliers. N’oubliez pas que votre bâtiment doit être dans l’une des zones de la loi Pinel.

Concernant les zones, vous devez savoir que le zonage Pinel de 2020 n’est pas conforme à celui de 2017. C’est seulement les zones A, A bis et B1 qui sont dorénavant d’actualité pour le dispositif Pinel. Prenez en compte le plafonnement des loyers et des ressources des locataires selon la loi Pinel neuf.

Quelle prérogative fiscale aurez-vous ?

Si vous investissez dans un bien immobilier en Pinel ancien, vous aurez les mêmes avantages qu’en Pinel neuf. Il s’agit d’une diminution de 12 % à 21 % du montant que vous avez investi pour acheter le logement. Vous avez une durée de location allant de 6 à 12 ans.

De plus, vous devez savoir que cette période n’est pas fixe et elle peut être changée en cours de bail. Cependant, la loi Pinel ancien ne donne pas accès à un droit de réduction de taxe foncière ni à des frais de notaire à l’inverse du Pinel neuf. Toutefois, vous pouvez gommer une portion ou l’entier de vos gains fonciers avec ce dispositif.

Vous avez maintenant des informations pouvant vous aider à bénéficier de la loi Pinel lorsque vous disposez un ancien bien immobilier. Investissez à présent afin de bénéficier d’une réduction d’impôts. Toutefois, faites attention aux critères.

Crédit immobilier en ligne : comment s’y prendre ?

Crédit immobilier en ligne : comment s’y prendre ?

Vous souhaitez acheter un appartement ou une maison, mais vous n’avez pas le budget nécessaire ? Vous pouvez recourir à un prêt immobilier qui vous permettra de financer ce projet. Divers canaux sont disponibles à vous pour la circonstance. Dans le cas d’un crédit immobilier en ligne, comment s’y prendre ?

Remplir une demande de crédit immobilier en ligne sans tricher

Pour obtenir un prêt immobilier rapide, il ne faut pas tricher au cours de la demande en ligne parce que vous êtes tenus de donner des justificatifs après. Or si le conseiller clientèle se rend compte que vous lui avez menti, vous serez pénalisé ou pire votre demande sera rejetée. Il est alors essentiel de fournir les indications requises avec précision. Derrière la machine, votre dossier sera évalué par des courtiers en crédit immobilier suivant :

  • votre endettement, 
  • vos revenus nets,
  • l’état de vos comptes en banques,
  • votre situation professionnelle, 
  • votre âge.

Vous répondrez à toutes ces questions qui sont incluses dans le questionnaire de demande de crédit immobilier en ligne.

L’obtention de la réponse

Pour un prêt immobilier en ligne vous verrez divers formulaires. Il y en a qui envoient vos informations sur des programmes efficaces, lesquels serveurs logent des logiciels de supputation des taux immobiliers. En quelques secondes, vous avez une idée précise sur votre capacité de prêt. De façon générale, ce genre de formulaire vous offre des conventions sur 15 ans, 20 ans et 30 ans.

Il existe d’autres questionnaires de demande de crédit immobilier qui envoient vos renseignements chez un conseiller en prêt. Celui-ci se charge alors d’effectuer une appréciation humaine de votre dossier, sa réponse survient entre 24 h et 48 h. Certes la durée est longue, mais la proposition que vous allez recevoir est bien plus exacte qu’avec un résultat rapide en ligne.

Que faire après que le crédit immobilier soit accepté ?

Dès que vous recevez la proposition après la demande en ligne, le prêteur, société de crédit ou banque, donne son approbation. Vous maitrisez alors votre capacité de prêt et avez la permission de rechercher un bien immobilier au cas où vous ne l’aurez pas encore fait.

En cas de situation d’achat-revente, c’est-à-dire si vous désirez vendre votre habitation présente pour en acquérir une autre, les banques proposent aussi des solutions. Toutefois, il est impératif de bien réfléchir à propos de la formule de prêt relais.

Vous devez prendre votre temps,car si le taux que propose la banque peut diversifier suivant les conditions du marché, elle sera toujours disposée à vous accorder un crédit immobilier.

L’offre de crédit immobilier

Suite à une demande de crédit immobilier en ligne, la réponse de la banque n’est pas définitive. Avant d’envoyer les fonds, le prêteur est tenu de vous envoyer une offre en bonne et due forme. Les caractéristiques de cette offre :

  • 30 jours calendaires de validité ;
  • Elle ne peut être acceptée avant 10 jours calendaires, équivalant à un délai de réflexion

Cela montre que la banque n’est pas en droit de changer d’avis durant les 30 jours calendaires qui suivent le jour de réception de la proposition antérieure de prêt immobilier. Pendant 30 jours, vous avez le droit de refuser à tout instant.

Par contre, il faut attendre le 11e jour avant de l’accepter via courrier signé et daté. Nonobstant ce répit de réflexion, si vous êtes impatient, vous pouvez recevoir votre crédit immobilier 1 mois suite à la requête en ligne. Cependant, en réel, 3 mois peuvent passer entre l’accord avec le marchand et le jour où le notaire lui donne le solde de la vente.

En effet, le déblocage de fonds se fait souvent le jour où l’acte final de vente doit être signé devant le notaire. Celui-ci reçoit le tarif de la transaction, retient le potentiel prix de la taxe sur l’agio immobilier, les fiscalités et les déboursements, et décaisse l’excédent au commerçant.

Comment bénéficier de la loi Pinel ?

Comment bénéficier de la loi Pinel ?

La loi Pinel représente l’une des actions d’aides du gouvernement aux investisseurs du secteur de l’immobilier locatif, ces dernières années. Elle est régie par des critères et s’obtient suivant un processus.

Si vous êtes un investisseur du secteur, le présent article est fait pour vous. Il abordera les critères pour être éligibles à la loi Pinel et comment en bénéficier de ses avantages.

Quelques critères pour bénéficier de la loi Pinel

Pour information, la loi Pinel est un dispositif destiné aux investisseurs qui achètent un bâtiment neuf afin d’obtenir une baisse d’impôt. Ainsi le premier critère pour bénéficier de cette loi est le fait d’avoir un bâtiment neuf, rénové ou en construction.

Ce dernier doit convenir aux exigences de Bâtiment Basse Consommation (BBC) ou encore de RT 201. Concernant les biens qui sont en pleine rénovation, construction, les travaux devront impérativement prendre fin trente mois après la Déclaration d’Ouverture Chantier (DOC).

L’investisseur est appelé à louer le bien dans les douze mois qui suivent la déclaration. Après ce délai, il ne pourra plus bénéficier des avantages de la loi Pinel. Toutefois, les logements concernés par la loi Pinel doivent se situer dans les zones A, Abis, et. Elle offre un taux de réduction de 12 %, 18 % ou 21 % sur le capital d’investissement respectivement sur 6, 9 ou 12 ans d’engagement en location.

Quelles sont les étapes pour bénéficier de la loi Pinel ?

Pour bénéficier de la loi Pinel, vous devez suivre certaines étapes importantes. Entre autres, il s’agit de :

  • la constitution de votre dossier,
  • la mise en place de votre logement,
  • la mise en location du bien.

La constitution de votre dossier

Avant de vous lancer dans un investissement Pinel, il est important de comprendre le fonctionnement, les tenants et aboutissants du dispositif. Pour ce faire, vous pouvez faire appel à un conseiller en gestion de patrimoine. Ce dernier pourra vous accompagner dans votre projet immobilier.

En effet, il vous aidera à faire l’achat de votre bien. Selon le type de bien : neuf, à rénover ou à construire, il vous servira de guide. D’autant plus qu’il est expert dans ce domaine, il vous facilitera beaucoup de travail.

Une fois vous avez conclu votre choix, il faudra passer à l’étape suivante. Vous devez ensuite prendre un rendez-vous avec des banques pour la négociation d’un prêt. Pour conseil, réduisez le nombre de banques dans lesquelles vous allez déposer votre dossier. Cela vous permet d’avoir un bon taux. Le courtier immobilier peut être une personne-ressource dans un pareil cas. Il peut vous aider à obtenir des taux avantageux.

La mise en place de votre logement

La mise en place d’un logement est une étape au cours de laquelle l’investisseur ou le promoteur doit intervenir. Pour un achat de Vente en État Futur d’Achèvement (VEFA), vous aurez besoin de moyens financiers pendant toute la durée d’exécution.

En gros, vous aurez à verser 70 % du coût d’achat du logement après les premières opérations. 35 % seront versés à la fin des fondations. Vous aurez aussi à verser 95 % du coût du logement à la fin des travaux et les 5 % restants au cours de l’obtention des clés du logement.

Par ailleurs, vous pouvez utiliser ce temps d’exécution pour trouver une agence qui s’occupera de la gestion de votre bien. Vous devez rester vigilant pendant ces moments pour soulever tout ce qui entrave au bien.

La mise en location du bien

Après l’achèvement des travaux, vous devez penser à la location de votre bien. L’agence immobilière pourra prendre en charge cet aspect. Ils feront la promotion de votre bien et se pencheront également sur l’aspect administratif de la location.

Il s’agit des remis de clefs, de l’état des lieux, de la réception voire de l’étude des dossiers des nécessiteux. Enfin, vous obtiendrez des loyers par mois.

En conclusion, la loi Pinel est un coup de pouce intéressant accordé aux investisseurs immobiliers. Pour bénéficier des avantages de cette loi, vous devez répondre aux critères qui la régissent et suivre certaines étapes.

Loi Pinel et défiscalisation financière

Loi Pinel et défiscalisation financière

L’écologie est devenue un sujet qui concerne tous les secteurs. Ces dernières décennies, le secteur de l’immobilier a été plus soucieux de l’environnement. Les autorités ont donc mis en application la Loi Pinel. Cette loi ne s’intéresse pas qu’au bien être de la nature. Elle est également un bon moyen de réduction d’impôts. Cet article vous permettra de prendre connaissance du fonctionnement de cette loi.

Le principe de la Loi Pinel

La Loi Pinel est un dispositif qui permet à tout propriétaire d’immeuble d’obtenir une réduction d’impôt. Elle prend en compte un certain nombre de critères qui font d’une zone un écoquartier Loi Pinel. Ces critères visent au maintien de la nature et la réalisation d’enjeux environnementaux.

Ces dernières font partie des objectifs à atteindre pour un développement durable. Ainsi donc, un écoquartier doit rassembler les critères comme : traitement des ordures, implantation de bâtiment à basse consommation, stratégie d’évacuation des eaux de pluie, etc.

Cependant la Loi Pinel n’est pas seulement rentable pour l’environnement. Elle est adéquate pour une défiscalisation financière. Pour en bénéficier, il vous faut respecter le principe de base. Ce principe consiste en ce que l’investisseur prend l’engagement de mettre en location un immeuble neuf.

En contrepartie de cette volonté, il profitera d’une réduction d’impôt dont le taux varie de 12 à 21 % du prix d’acquisition. Le taux varie en fonction du nombre d’années de location. Le principe est valable pour les biens immobiliers en cours de construction.

Sachez que pour obtenir cette réduction d’impôts, la valeur du bien ne doit pas excéder 300 000 euros. La Loi Pinel est applicable également en France d’outre-mer à des taux largement avantageux (23 %, 29 %, 32 %). Pour accentuer la compréhension de la défiscalisation par la Loi Pinel, il vous sera proposé des cas concrets grâce à des simulations.

Simulation de calculs de réduction d’impôt par la Loi Pinel

Avant de passer aux différents cas de calculs, vous devez comprendre les avantages que confère une simulation. Cela vous permettra d’en faire usage à chaque fois que vous désirerez acquérir un bien.

Les avantages de la simulation d’une défiscalisation avec la Loi Pinel

La simulation vous permet de prendre connaissance d’un certain nombre de détails concernant votre acquisition. Les avantages qui y sont liés sont :

  • la connaissance du plafond de votre budget de location,
  • la vérification d’éligibilité : toutes les communes de France ne sont pas encore éligibles à la Loi Pinel. Vous allez pouvoir vous en assurer,
  • la connaissance de la somme dont vous serez exempté en acquérant le bien.

La simulation est donc une manière de vous éviter les surprises désagréables.

Calculs de réduction d’impôts selon la Loi Pinel

La simulation se base sur un algorithme qui prend en compte plusieurs éléments. Il s’agit des caractéristiques du bien, de la position géographique, de la durée de vie du bâti et des besoins de l’acheteur. Partant de là, vous aurez droit à deux simulations : la réduction en zone métropolitaine et celle en outre-mer.

France métropolitaine

Le calcul sera effectué sur un bien de 140 700 euros faisant une superficie de 50 mètres carrés. En considérant que le bien sera loué pendant 12 ans, le calcul sera donc : 140 700 euros * 12 % = 29 547 euros.

Cette somme représente le montant total qui sera réduit de votre impôt habituel. Il s’agit donc d’une somme annuelle de 2 462, 25 euros d’exonération. Ceci dit, si votre impôt annuel est de 6000 euros alors il deviendra 6 000 euros – 2 462,25 euros = 3537,75 euros.

France outre-mer

Dans ce cas, votre impôt sera réduit de 140 700 euros * 32 % = 61 040 euros. L’exonération annuelle étant de 5 087 euros, vous paierez donc 6 000 euros – 5 087 euros = 913 euros. Ces 913 euros représentent le montant de votre impôt pendant toute la durée de la location.